L’intelligence émotionnelle

L’intelligence émotionnelle des enseignants et la réussite scolaire

Michel CLAEYS BOUUAERT
Psychothérapeute, auteur, formateur

 

Il est désormais largement reconnu que l’éducation ne comporte pas que des apprentissages intellectuels, culturels ou techniques. Encore faut-il parvenir à faire une place à ce qu’il est convenu d’appeler l’éducation émotionnelle, et qui comporte une palette variée d’apprentissages liés à la connaissance de soi, au développement de compétences personnelles, relationnelles, communicationnelles et sociales. La plupart des enseignants ne sont ni formés, ni motivés pour cette dimension du travail éducatif. On peut les comprendre, et souhaiter que des personnes spécialement formées puissent intégrer le système de l’enseignement.

Cependant, il est désormais incontestable également que tout apprentissage, et donc toute réussite scolaire, dépend essentiellement de facteurs étroitement liés à l’émotionnel. La réussite scolaire repose sur une combinaison d’attitudes, de schémas de croyances, d’états émotionnels et d’un contexte favorables aux apprentissages – les derniers conditionnant considérablement les premiers. Il en résulte évidemment que tout enseignant, pour être efficace, doit nécessairement être capable de gérer des aspects relationnels et communicationnels de l’enseignement qui n’ont à priori rien à voir avec la matière qu’il est chargé d’enseigner. Quelles sont ces compétences et comment les développer ? Voyons brièvement.

Lorsqu’on accepte comme postulat de base que tout apprentissage relève d’un processus relationnel où l’émotionnel, voire l’affectif conditionnent le processus d’apprentissage, il en résulte deux éléments déterminants pour l’approche pédagogique : processus et environnement émotionnel. Le ‘processus’ implique que l’élève ‘apprenne’ en découvrant progressivement par lui-même, par sa propre expérience, de manière active donc. Le processus lui-même de l’apprentissage prime par rapport à l’objectif du résultat. Quant à l’environnement émotionnel, il implique que doivent être réunis un certain nombre de conditions pour que soient levés les inhibiteurs de l’apprentissage et stimulés ses pré-requis et moteurs, comme l’indique le schéma ci-dessous.

Comment les émotions conditionnent la performance

Dans cette perspective, l’enseignant est invité à opérer toute une série de recadrages de son action pédagogique. Il est désormais un médiateur/facilitateur dans un processus d’apprentissage, plutôt qu’un modèle à suivre ou un fournisseur d’information. Il pose des questions plus que n’offre des réponses, guidant la découverte plutôt qu’évaluant l’assimilation. Il soutient, apprécie et encourage plutôt que n’indique les erreurs ou manquements… Jusque là, bien des enseignants le savent, et parfois l’appliquent. Mais au-delà, il reste encore bien des compétences à développer. Il faudra savoir comment aider à identifier les schémas négatifs et amener à faire le choix de les recadrer en affirmations positives. Il faudra rendre à l’élève son pouvoir, reconnaître ses choix et l’aider à clarifier ses intentions, à identifier, le cas échéant, des objectifs et des choix plus satisfaisants. Il faudra l’aider à identifier ses ressources ainsi que son propre mode, style et rythme d’apprentissage. Sachant que l’environnement joue un rôle important, l’enseignant devra savoir comment modifier certains aspects environnementaux afin de permettre d’explorer des perspectives et des expériences différentes. Il facilitera les processus de groupe et en gèrera la dynamique de manière à obtenir un environnement positif et stimulant, dans lequel chacun se sent entendu et reconnu. Il saura reconnaître, accueillir et gérer les émotions, démontrant une maîtrise personnelle, une acceptation et une capacité à refléter, renvoyant chacun à son propre vécu, à ses propres apprentissages, en invitant à prendre responsabilité et à solutionner les éventuels conflits.

Toutes ces compétences peuvent facilement être développées, pour peux qu’on s’y consacre. Il existe de nombreux outils pour le faire, et bien entendu je soutiens qu’il est impératif et urgent de le faire.

Michel Claeys Bouuaert est l’auteur de plusieurs livres, dont ‘Pratique de l’éducation émotionnelle’ et ‘Education émotionnelle, guide de l’animateur’ (parus aux éditions du Souffle d’Or).